Elue Communauté la plus RP aux Sern' Awards 22007
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Epilogue à Trantor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mornelune
XVIII La Lune
avatar

Masculin Nombre de messages : 88
Age : 47
Localisation : Base Lunaire Alpha38
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Epilogue à Trantor.   Lun 15 Sep - 22:19

Citation :
#Canal Orateur# De mornelune le 15/09 à 01:28 Répondre

S/

*Le Prince poète après des semaines de recherches acharnées dans la très grande bibliothèque de Trantor réussit à mettre enfin la main sur le document qu'il recherchait, sa quête touchait donc visiblement à sa fin, mais était-ce donc la fin qu'il avait imaginé ?

L'holo-enregistrement du journal de bord de son père était resté pendant des siècles ici, et aujourd'hui il livrait enfin ses secrets : comment s'était terminé sa vie, ses derniers jours. *

_*_*_*_ Holo Recording _*_*_*_

La sentence avait été prononcée en cette morne après-midi d’hiver sur Terminus et l’exécution devait avoir lieu le surlendemain à l’aube. Les heures qui s’écoulaient lentement avaient maintenant une teinte toute différente à la lumière de l’annonce qui venait de m’être faîte dans ma cellule. Le responsable de la commission judiciaire de la Fondation me lisait chaque ligne du procès verbal en appuyant avec une certaine gravité, et pour plus de cérémonial, sur les termes présageant une fin prochaine et définitive de mon Infortune chronique…

"Etant donné que l’accusé ne nie pas les faits qui lui sont reprochés et que nous avons un holo-enregistrement de ses aveux obtenus sans qu’il soit fait usage d’une quelconque contrainte.
Etant donné que le dit accusé a été reconnu pénalement responsable par la très vénérable commission psychologique de la Fondation, dite assemblée composée d’éminents psychiatres et psycho-historiens.
Etant donné que le dit accusé affirme n’avoir aucun remords puisqu’il prétend avoir été en état de possession mentale au moment des faits, mais qu’aucune conclusion de schizophrénie n’a été émise par la commission sus-nommée.
Nous condamnons, l’accusé Gérémiel de Tristelune à la peine maximale prévu à l’article 2350, paragraphe 7 et alinéa 3 du code pénal de la Fondation.
Le prévenu sera donc atomiquement désintégré en particules photoniques et uniformément dispersé aux quatre coins de l’univers.
La sentence est exécutoire et sera dispensée dans la crypte Seldon à l’aube du 2eme jour."

Je restais pensif, tandis que ce piètre orateur quittait ma cellule. Ainsi, cette aventure allait-elle prendre fin sans qu’aucune réponse ne fut donné à toutes mes interrogations et qu’échouerait ma quête d’Infortune avant d’avoir même commencée ? Mais, c’était compter sans le fait que j’étais habitué à ces fortes crises et que comme toujours je plaçais toute ma confiance dans l’infortune la plus improbable. J’aurais simplement beaucoup donné pour avoir en cet instant ma rassurante bouteille de Vodka et un de ces inestimables cachets de Prozac…

Je n’avais pas eu d’autre voisin de cellule que ce mystérieux colocataire qui était parti en éclaireur sur les chemins de la dispersion atomique. Au moins on ne plaisantait pas à la Fondation et ses geôles n’étaient pas surpeuplées. Seul réconfort pour ces dernières heures de captivité, les cellules étaient confortables et toutes les installations étaient équipées de brouilleurs mentaux m’assurant une relative sérénité quant aux agressions de cette vermine mentaliste. En d’autres termes, ici pas de voix dans ma tête et cela sans avoir recours à ma chère bouteille et à mes psychotropes. Que n’aurais-je pas donné pour pouvoir avoir plus de temps pour retrouver mon Infortune, mais là il fallait se résoudre à continuer cette quête sur un plan éthéré !

Sommeil.

La journée suivante passa dans la même opalescence mordorée et en filigrane de tout événement susceptible d’apporter une quelconque modification dans le plan qui se déroulait sans que je puisse intervenir : l’Infortune portée au paroxysme de sa gloire que j’aurais pu placer en délicates rimes dans un poème morose à souhait, mais là, l’envie me manquait.

Sommeil.

Le garde était là à mon réveil, j’aurais pu prolonger le temps en simulant un profond sommeil, mais il me tardait d’affronter mon destin, mon épée noire de Damoclès, alors autant ne pas la faire attendre… Nous marchâmes lentement de ma cellule à un long couloir, longeant les autres cellules qui étaient étrangement vides. Le garde n’avait pas prononcé un seul mot et notre marche funèbre ne perdurait que par les échos lugubres de nos pas emboités. Encore des cellules, vides également et tout au bout une porte barrée par une champ de force.

Nous sortîmes enfin de l’enceinte des cellules pour traverser la garnison des troupes d’élite de la Fondation, bien mal inspiré aurait été l’évadé qui aurait choisi cette voie d’évasion. Des prêtres combattant surentraînés, se mesuraient tantôt à mains nues, tantôt avec des armes étranges non encore répertoriées par mes services de renseignement.

Nous arrivâmes enfin dans une salle au centre de laquelle se trouvait un immense puits de particules subatomiques formant une colonne de lumière qui montait avec une vitesse folle jusqu’au plafond en forme de dôme, dans ce dernier était pratiqué une ouverture par laquelle le flot ininterrompu de particules pouvait s’échapper à grande vitesse pour atteindre de lointaines galaxies. Je remarquais que non loin de cette mortelle colonne, pour quiconque aurait osé y pénétrer, se trouvait une nacelle, non plutôt une sorte de cage en verre ou une d’une matière s’y rapportant. Une étrange sensation m’envahit, si c’était bien là l’horrible machine de dispersion auquel je devrais bientôt faire face, l’endroit ne me semblait pas être la Crypte Seldon telle qu’elle était décrite dans les ouvrages de l’Encyclopia Galactica…

Je remarquais peu après, mes yeux s’accoutumant à la violente lumière de ce puits qu’une assemblée de prêtres de la Fondation formait un cercle tout autour de la brillante colonne, ils se tenaient tous par la main et scandaient des champs étranges (ça me rappelle quelquechose que j’ai déjà vu mais où…). Enfin le garde m’invita à me diriger vers la nacelle en verre et à m’y installer. Il referma avec soin la porte qui était de la même matière que le reste de la nacelle, si bien que quand celle-ci fut fermée il devenait impossible de discerner où celle-ci était l’instant d’avant… En d’autres termes, ma nacelle était devenue à présent une ogive de verre totalement hermétique. Un prête qui se tenait à l’écart de l’assemblée s’approcha de mon étrange monolithe transparent et leva lentement sa main accompagnant par le geste sa lente élévation. Il s’approcha ensuite de l’assemblée circulaire en indiquant par quelques autres gestes à mon enveloppe où elle devait se rendre. Le cercle des initiés s’ouvrit un instant pour permettre à ma nacelle d’entrer dans le flux d’énergie tandis que mon pilote prit sa place dans cette diabolique ronde et qu’il la referma. Il m’avait semblé que mon enveloppe protectrice, baignant dans cette énergie pure, ne s’altérait pas ; mais les secondes qui s’égrainaient finirent d’avoir raison de mes doutes : la capsule se dématérialisait lentement et bientôt je serai plongé dans cette abrasive lumière dispersé à jamais.

Les mots furent subtils, presques inaudibles au moment où je fus emporté par la puissante vague d’énergie…

"Ne nous décevez pas"

En cet instant précis Gérémiel de Tristelune ne fut plus qu'un souvenir dispersé dans le continuum espace-temps... Mais serait-il partout à la fois ou présent nulle part ? cela l'histoire ne nous le dit pas.

_*_*_*_ Holo Recording _*_*_*_

* Jasper pris sa tête dans ses mains, il se sentit défaillir, l'inconcevable vérité lui avait défait le visage, ses traits déformés à présent laissaient entrevoir une lueur de folie. Le monde s'écroulait autour de lui, des repères bienveillants de sa santé mentale il ne restait que des ombres. *

"Est-ce donc cela, est-ce donc cet endroit qui causa sa perte ? Et cruelle ironie du sort, je suis moi-même un serviteur de toute cette mascarade !

La voie de l'Atome fut-elle celle de son Infortune, la Dame de ses rêves... ? Pensait-il la rejoindre au-delà des frontières du subtil ? Dois-je moi-même emprunter ces chemins de l'âme et trouver une réponse à la liberté ?"

* De toutes ces questions point de réponses ne furent écrites, mais un simple article relatant un simple fait divers, dans un coin sombre de la Galaxie qui devint un instant plus clair et s'éteint à jamais dans un flux photonique mélé à de terribles perturbation électro-magnétiques. *

Citation :
De Milie Parma le 15/09 à 08:48

Je suis sur Empire120310 où une bombe nucléaire a éclaté il y a quelques minutes. Il ne me reste plus longtemps à vivre. Adieu

Citation :
* Une vive lumière scintilla pendant quelques instants sur la planète, elle devint encore plus vive et une silhouette faite de photons en mouvement prit forme humanoïde. Le Prince Poète se rematérialisa en ce point de la galaxie, lui qui avait vu tant de choses incroyables, vécus des drames même parfois. Sa nouvelle forme de vie ne lui était pas encore familière, il devait apprendre à se connaître, mais il avait conscience d'une chose plus importante que les autres : il ne fallait jamais, au grand jamais traverser sa lumière... *

"Intelligences, formes de vies, humains, je m'adresse à vous par la voie de la Lumière et de la Lune. J'oeuvre en paix et je peux vous aider. La nuit n'est pas une fatalité, je suis l'Arcane de la Lune, laissez vous bercer par mes rêves, approchez n'ayez pas peur et laissez les votres s'exprimer..."

_________________
Mornelune - XVIIIème Arcane : La Lune
N'entrez jamais, Ô grand jamais en ma lumière...


J'ai rêvé d'un monde dirigé par les Rêves, la Rêvocratie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Epilogue à Trantor.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sonic Epilogue...
» Tempête du Chaos
» Epilogue : Rivas ou pleure wer Vaciamadrid - Madrid ée lumineuse
» [C] The Money of Soul and Possibility Control
» The Room obtient son épilogue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arcanes de Fondation :: LES 22 ARCANES MAJEURS :: XVIII La Lune :: Le Grand Oeuvre de la Lune-
Sauter vers: